LETTRE DE L'INSTITUT NAPOLEON

No11, septembre 2011

Madame, Monsieur,

La rentrée approche pour les conférences de l'Institut Napoléon qui reprendront le 15 octobre, avec une conférence de Michel Lechevalier sur les routes alpines, conférence proposée en liaison avec l'exposition actuellement présentée à la Bibliothèque Marmottan sur les cols alpins. Les conférences suivantes permettront d'alterner histoire et histoire de l'art, histoire militaire, mais aussi de s'intéresser à la légende napoléonienne et d’aborder la question de l’ADN de Napoléon.
Vous trouverez ci-dessous le programme des conférences pour toute l'année universitaire, d'octobre 2011 à mai 2012. Vous pourrez aussi retrouver ce programme sur le site de l'Institut : www.institut-napoleon.org.
Les abonnés à la Revue ont reçu en août le n° 200, le n° 201 devrait vous être adressé très prochainement. Il comportera des articles sur la campagne de 1806, l'occupation de la France en 1814, les relations entre Louis de Bonald et Napoléon, enfin une étude originale sur un opposant à Napoléon mort en prison. Vous y retrouverez les chroniques habituelles et la bibliographie.
L'Institut Napoléon s'associera aussi comme à son habitude aux grands événements scientifiques organisés autour de l'histoire napoléonienne. Le prochain en date sera le colloque organisé par les universités de Lille et de Bruxelles, du 20 au 22 octobre 2011.

Vous trouverez enfin le programme des conférences de la Bibliothèque Marmottan. Comme les années précédentes, les conférences de l'Institut Napoléon s'y dérouleront le samedi à 15h, grâce à l'obligeance de la mairie de Boulogne-Billancourt. Mais la Bibliothèque, riche d'un fonds de 15 000 ouvrages, vous accueille toute l'année, les mercredi, jeudi, et vendredi après-midi, ainsi que le samedi. Vous pouvez la faire vivre en choisissant ce lieu exceptionnel pour vos recherches sur Napoléon.

Jacques-Olivier Boudon
Président de l'Institut Napoléon

Conférence de rentrée

Samedi 15 octobre 2011
à 15 h

Michel Lechevalier

Les voies de communication alpines
sous le Consulat et l'Empire

Bibliothèque Marmottan
7 place Denfert-Rochereau 92100 Boulogne-Billancourt


Programme des conférences de l'Institut Napoléon
2011-2012

Samedi 15 octobre 2011
Michel Lechevalier, professeur agrégé d'histoire 
Les voies de communication alpines sous le Consulat et l'Empire
Napoléon, qui fut d'abord "l'homme du Simplon" privilégie à partir de 1805 de plus en plus le Cenis au fur et à mesure du déplacement vers le sud du centre de gravité des intérêts français dans la péninsule.
Samedi 19 novembre 2011
Juliette Glikman, docteur en histoire de la Sorbonne
De la prison au trône, Louis Napoléon captif
La prison peut-elle forger un destin politique ? Tel est le pari de Louis-Napoléon, condamné en 1840 à l’emprisonnement perpétuel. Jouant du texte et de l’image, le "nigaud impérial" endosse la figure romanesque du prince captif et s’insinue en prophète de la cause populaire. Un modèle de communication…
Samedi 10 décembre 2011
Gérard Lucotte, professeur à l'Ecole d'Anthropologie de Paris
Recherches récentes sur l'ADN de Napoléon 1er
Exposé de la découverte d'une mutation rare de l'ADN mitochondrial de Napoléon 1er et chez deux membres féminins de sa famille. Récemment nous avons réussi à obtenir l'haplogroupe du chromosome Y de Napoléon 1er. Les utilisations possibles de ces marqueurs génétiques à l'histoire, tant pour l'ascendance masculine que l'ascendance féminine (aussi bien descendantes que montantes), seront largement évoquées.
Samedi 14 janvier 2012
Nathalie Lemoine-Bouchard, docteur en histoire de l'art
L'image de Napoléon et de sa famille à travers la miniature
La miniature, genre traditionnel très utilisé par Louis XIV, notamment comme cadeau diplomatique, est également utilisée par Napoléon qui cherche à travers elle à contrôler son image, de même que les représentations des membres de sa famille accompagnent la marche des Napoléonides en Europe. Mais la représentation évolue au fur et à mesure de la transformation du pouvoir de Napoléon.
Samedi 11 février 2012
Water Bruyère-Ostells, maître de conférences à l'IEP d'Aix
La carrière du colonel Girard : l'ascension sociale d'un soldat de la fin de l'Ancien Régime à la monarchie de Juillet
Engagé en 1784, Girard connaît une rapide ascension à partir de la prise de Toulon à laquelle il participe. Cette ascension repose sur son entrée dans les états-majors et les liens tissés avec Ney. Elle est aussi le résultat des efforts d'un fils de paysan pour s'instruire et s'élever socialement. Enfin, Girard rend compte de la politisation des armées à travers des épisodes comme la poursuite de Cadoudal ou la Terreur Blanche. Après l'Empire, il devient ainsi un notable libéral, trois fois maire de Toulon.
Samedi 10 mars 2012
Eva Knels, doctorante, boursière à l'Institut Historique Allemand à Paris
Les Salons des artistes vivants dans la perception européenne (1800-1814)
L'exposition des peintres et des sculpteurs au Louvre fut "lamentable!" commentait un voyageur allemand à propos du Salon de 1802. Si les Salons des artistes vivants connurent un grand succès en France au début du 19e siècle, ils furent soumis à des jugements plus critiques et à des lectures très différentes de la part des visiteurs étrangers.
Samedi 12 mai 2012
Bernard Quintin, administrateur de l'Institut Napoléon
Chefs de brigades, colonels et capitaines de vaisseaux sous le Consulat

Assemblée générale
A travers l'étude croisée de ces officiers supérieurs des armées de terre et de mer, c'est toute l'épopée napoléonienne depuis l'époque du Consulat jusqu'à Waterloo qui est ainsi revisitée. Qui sont ces officiers, d'où viennent-ils ? Où ont-ils combattu ? Que sont-ils devenus après 1815. C'est à toutes ces questions que répondra cette conférence.

Toutes les conférences ont lieu à partir de 15h aux dates indiquées ci-dessus, à l'auditorium de la Bibliothèque Marmottan, 7 place Denfert-Rochereau, 92100 Boulogne-Billancourt
(métro ligne 10, Jean Jaurès, Bus 58)


Les conférences de la Bibliothèque Marmottan
2011-2012
Le mercredi à 18h30 dans l'auditorium Tarif : 5 €

21 septembre 2011
Elisa Bonaparte (1777-1820), princesse des arts : la préférée de Paul Marmottan
Par Bruno Foucart, professeur émérite de Paris IV Sorbonne et directeur scientifique de la bibliothèque Paul-Marmottan
Paul Marmottan admirait Elisa Bonaparte et lui consacra la plus grande partie de ses recherches. La princesse de Lucques et de Piombino (1806), la grande duchesse de Toscane se révéla une souveraine éclairée, aidant au développement économique, favorisant la vie artistique. Elle fit honneur à son frère l'empereur en donnant un modèle de "bien gouverner".
5 octobre 2011
Joséphine et Alexandre : une relation d'estime
Par Alain Pougetoux, conservateur en chef au musée national du château de Malmaison et de Bois Préau
A la chute de l'Empire, seule représentante du régime à Paris, l'impératrice Joséphine accueille l'empereur Alexandre, comme de nombreux souverains étrangers, rebutés par la froide étiquette de la cour de Louis XVIII. Ces rencontres à Malmaison et Saint-Leu vont placer leurs rapports sous le signe d'une grande bienveillance d'Alexandre envers le "clan Beauharnais", bienveillance qui se transmettra à Eugène et Hortense à la mort de leur mère. L'alliance ultérieure des deux familles, ponctuée de nombreuses acquisitions d'oeuvres d'art, en sont autant de témoignages, pendant toute la première moitié du XIXe siècle.
23 novembre 2011
Dans le «le ventre de Paris» avec Louis Sébastien Mercier (1740-1814) et Grimod de la Reynière (1758-1837)
Par Jean-Claude Bonnet, directeur de recherche au CNRS
Dans son Tableau de Paris (1781-1788) et son Nouveau Paris (1799), Mercier envisage l’alimentation sous tous ses aspects en écrivain et en historien des mœurs. À ce regard panoramique, la Reynière (auteur de L'Almanach des gourmands, 1803-1812) oppose le point de vue résolument restrictif du gastronome et du gourmet esthète comme le montre, par exemple, son Itinéraire nutritif ou promenades d'un gourmand dans les rues de Paris (1803). Ces deux amis ont souvent polémiqué sur le thème de l'aliment. Nous les suivrons dans les marchés parisiens en élucidant le point de vue singulier de l'un et de l'autre.
14 décembre 2011
L'Empire et la Restauration, un âge d'or du petit portrait
Par Jacqueline du Pasquier, conservateur en chef honoraire et auteur de La miniature, portrait de l'intimité, Editions Norma, 2010
Le petit portrait ou miniature connait un véritable âge d'or entre la fin du XVIIIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle. Elle joue un rôle majeur dans l'histoire la plus difficile à appréhender, celle des sentiments. Offerte, gardée, cachée, échangée, la miniature est révélatrice du plus intime. Les plus grands artistes l'ont pratiquée, nous permettant ainsi d'entrer dans le secret des vies et des cœurs.
25 janvier 2012
De Stettin (1806) à Wagram (1809), l’épopée des hussards : le général Lasalle et sa "Brigade Infernale"
Par Aude Nicolas, doctorante en Patrimoine et archéologie et militaires
Une évocation historique, artistique et militaire autour d’œuvres ayant pour thème le général comte Antoine-Charles-Louis de Lasalle et sa brigade, composée des 5e et 7e régiments de hussards. La réputation de bravoure et d’audace de ces troupes et de leur chef fut telle sous le Premier Empire qu’elles furent surnommées la « Brigade Infernale » par les soldats de la Grande Armée. Les hussards, dont la témérité suscitait l’admiration de l’Empereur ont, par leur panache, la splendeur de leurs uniformes et leurs faits d’armes héroïques, inspiré de nombreux artistes qui leur ont rendu hommage, du baron Antoine-Jean Gros à Edouard Detaille. Ces hommes ont écrit l’une des pages les plus belles et les plus glorieuses de la cavalerie sous l’Empire.
15 février 2012
Talleyrand au Congrès de Vienne (octobre 1814 – juin 1815)
Par Jacques-Alain de Sedouy, ancien ambassadeur, historien
Talleyrand dans ce congrès fondateur du nouvel ordre européen a su ramener la France dans le concert des grandes puissances, succès mis en question par le retour de l'île d'Elbe.
21 Mars 2012
L'influence de l'impératrice Joséphine sur l'évolution des parcs romantiques
Par Catherine de Bourgoing, conservateur honoraire
L'influence de l'impératrice Joséphine pour l'acclimatation des plantes exotiques en France est déterminante. Les mutations de la société voient les femmes participer aux progrès horticoles et botaniques par leur implication et leurs écrits et les jardins deviennent bientôt le symbole d'un nouveau statut social.
11 avril 2012
Que faut-il entendre par style empire ?
Par Jean-Pierre Samoyault, conservateur général honoraire du patrimoine, ancien administrateur général du Mobilier national
Le mobilier à l'époque du Consulat et de l'Empire : un ou deux styles ? En se référant à un ouvrage qu'il a fait paraître en 2009, Jean-Pierre Samoyault étudiera l'évolution des formes du mobilier entre 1800 et 1815 en évoquant le rôle des créateurs et des fabricants sans oublier les commandes gouvernementales.
23 mai 2012
Napoléon et la publicité
Par Jacques-Olivier Boudon, professeur à l'université de Paris-Sorbonne et président de l'Institut Napoléon
Napoléon fait vendre hier comme aujourd'hui. Du champagne à la voiture, en passant par les produits d'épargne, l'image de Napoléon est tellement enracinée dans les esprits en France comme à l'étranger qu'elle est un excellent argument de vente. On retrouve du reste dans la publicité tous les ingrédients du mythe napoléonien. Elle recourt à la fois à la légende noire et à la légende dorée de l'empereur.

20 - 21 et 22 octobre 2011 - Symposium international

L'EMPIRE : UNE EXPÉRIENCE DE CONSTRUCTION EUROPÉENNE ?
THE EMPIRE : AN EXPERIENCE OF EUROPEAN CONSTRUCTION ?

Bruxelles – Académie royale de Belgique/Lille – Université de Lille 3 – IRHiS

Renseignements et inscription : josephe.broutin@univ-lille3.fr - 03 20 41 70 87 - http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/


Institut Napoléon
Ecole Pratique des Hautes Etudes
45, rue des Ecoles F-75005 Paris
http://www.institut-napoleon.org